Archives du mot-clé prix nobel littérature 2008

J.MG. Le CLEZIO dans trois « Carnet nomade » la magnifique émission de Colette Fellous sur France Culture

Permettez moi une digression…

Ce qui est bien quand un auteur obtient un prix littéraire d’importance, c’est sa présence médiatique continue, dans le ou les mois qui suivent l’attribution de la médaille.  Cela ne va pas sans quelques malentendus…

Beaucoup de monde trouve aujourd’hui l’œuvre de Le Clezio extraordinaire , maintenant qu’elle est labellisée avec le cordon rouge du Nobel. Je ne citerai pas les papiers des pigistes de journaux qui donnent dans  la formule creuse, ceux qui veulent qu’il soit français, anglais ou de Nice.

Pardonnez-moi mon mauvais esprit, mais je ne suis pas certain que ces copistes qui l’encensent aujourd’hui l’ont réellement lu…

Il est, de mon humble avis, une des figures du sage à l’image d’un Jean Malaurie ; une des figures du rebelle (qui est synonyme de sage) si je veux parler médiatique.. davantage rebelle par exemple que l’image épinalesque du Che que l’on nous ressert régulièrement…

Les sages ou les rebelles, on ne les écoute malheureusement que peu, ou l’on en retient qu’une gangue superficielle : l’écrivain voyageur, l’aventurier…

Pourtant, avec ces deux auteurs, on est avec deux humains qui proposent un éveil à leurs frères humains… Ils parlent, parlent…

 » Rien d’autre, rien d’autre pour moi que le langage. C’est le seul problème, ou plutôt, la seule réalité. Tout s’y retrouve, tout y est accordé. Je vis dans ma langue, c’est elle qui me construit. Les mots sont des accomplissements, non pas des instruments. Au fond, il n’existe pas pour moi vraiment de souci de communiquer. Je ne veux pas me servir de débris étrangers, à moi donnés, pour échanger avec les autres ? Qu’ai-je à leur dire ? Pourquoi leur dirai-je quelque chose ? Tout cela n’est que duperie. » (JMG Le Clézio : L’extase matérielle, Gallimard (Idées), p. 35)

Ou encore :

« Pour dire d’un homme , qu’il est civilisé, on dit souvent « cultivé ». Pourquoi ? Qu’est-ce que cette culture ? Souvent, trop souvent, cela veut dire que cet homme sait le grec ou le latin, qu’il est capable de réciter des vers par cœur, qu’il est capable de réciter des vers par cœur, qu’il connait les noms des peintres hollandais et des musiciens allemands. La culture sert alors à briller dans un monde où la futilité est de mise. Cette culture n’est que l’envers d’une ignorance. Cultivé pour celui-ci, inculte pour celui-là. Étant relative, la culture est un phénomène infini ; elle ne peut jamais être accomplie. Qu’est-il donc, cet homme cultivé que l’on veut nous donner pour modèle ?

Trop souvent aussi, on réduit cette notion de culture au seul fait des arts. Pourquoi serait-ce là la culture ? Dans cette vie, tout est important. Plutôt que de dire d’un homme qu’il est cultivé,  je voudrais qu’on me dise : c’est un homme. Et je suis tenté à demander :

Combien de femmes a -t-il aimées . Préfère-t-il les femmes rousses ou les femmes brunes ? Que mange-t-il au repas de midi ? Quelles maladies… » (La suite dans JMG Le Clézio : L’extase matérielle, Gallimard (Idées), p. 42-43)

Colette Fellous réalise depuis plusieurs années une émission dominicale qui se nomme : Carnet nomade. JMG Le Clézio est l’hôte de cette émission pendant trois dimanches.

Vous pouvez écouter la voix de ce sage en vous rendant sur le site de France Culture. Dépêchez-vous pour écouter le podcast de la première émission qui a eu lieu dimanche 28 décembre, il est disponible jusqu’au dimanche 4 janvier. Viendra ensuite la seconde émission…

mathias

[Photo : Mathias Barba] « Nature in the city »

Silence

Dialogue entre 2 co-blogueurs : l’écriture est-elle une activité de puissance, de pouvoir ?

Ce matin, je recevais de ma co-blogueuse (conteuse de son état) la question suivante :

.

L’écriture est-elle une activité de puissance, de pouvoir ?

.

Elle poursuivait :

 » Que sont les écrivains, sinon des êtres qui, ne parvenant pas à exprimer leur vigueur de vivre dans les activités humaines autres que l’écriture, parviennent, par la puissance du verbe, à faire éclater une force de bucheron, de maçon, une puissance d’Hercule?

Pourquoi, lorsque j’ai réussi à produire un écrit lisible, une chose, aussi petite soit-elle, qui est parvenue à son but : faire mouche, je me sens pleine et satisfaite ?

N’est-ce pas parce qu’enfin, extraite de mon insignifiance, je me sens soudain – mais est-ce ridicule ? – importante, aux yeux de mes semblables ? « 

.

Alors je me suis souvenu d’un hors-série du quotidien Libération, paru en mars 1985, qui avaient posé la question à 400 écrivains : Pourquoi écrivez-vous ?

Je me souvenais de certaines réponses qui allaient du je ne sais pas (Peter Handke) à des réponses très détaillées, souvent admirables ou prophétiques (celle de Marguerite Duras  prédisant que l’activité d’écrivain cesserait en 2027). Mais de ces 400 réponses, j’en ai toujours gardé une en mémoire, différente, celle de J.M.G. Le Clézio :

« Je vais vous dire, je vais tout vous expliquer. Donc, j’avais dix-douze ans, j’habitais cette maison sur le port, un peu napolitaine, complètement décrépie avec des draps qui séchaient à toutes les fenêtres de la cour, les chats à demi-sauvages qui se battaient sur les terrasses, et bien sûr les escadrilles de pigeons. En ce temps là je ne savais pas ce que c’était qu’un écrivain, je n’en avais pas la moindre idée, je ne me doutais pas qu’il y avait un écrivain nommé Jean Lorrain qui avait habité dans la même maison, autrefois. Je me souviens de cette maison surtout à la belle saison, en été et au commencement du printemps, parce qu’on laissait les fenêtres ouvertes et qu’on entendait le bruit des martinets et les roucoulements des pigeons. Mais il y avait un bruit spécialement qui me faisait quelque chose. Je ne peux pas vraiment dire pourquoi ça m’inquiétait, mais aujourd’hui encore quand j’y pense ça me fait frissonner et ça me met dans cet état de sorte de mélancolie et d’impatience qui précède le moment où je sais que je vais devoir m’asseoir n’importe où, là où je suis, prendre un cahier et un crayon à bille et commencer à écrire. Ce bruit, c’était les voix des jeunes gens qui s’appelaient dans la cour, qui criaient leurs noms. Il y avait des garçons qui venaient siffler, et d’autres mettaient la tête à la fenêtre, et ils disaient :  » Tu cales ?  » Et ceux d’en haut :  » Où vous allez ?  » Ils allaient je ne sais plus où, à la plage, ou à la foire, ou simplement au coin de la rue pour discuter, ou attendre les filles qui sortaient de l’école Ségurane, ça n’a plus aucune importance. Mais quand j’entendais ces sifflements, et les noms qui résonnaient dans la cour, j’imaginais une autre vie que la mienne, j’imaginais les bains dans l’eau de mer froide, le soleil, l’odeur des cheveux des filles, la musique des dancings, l’aventure, la nuit. Jamais je n’ai entendu siffler mon nom dans la cour, jamais je n’ai entendu siffler pour moi. J’étais dans la même maison, mais c’était un autre monde. Voilà, c’est pour cela que j’écris.

J.M.G Le Clézio« 

Réjane 13 août 2008 Silence

Message au journal Libération : vous seriez très inspiré de rééditer ce hors-série et peut-être de reposer la question à 400 nouveaux écrivains ?