Archives mensuelles : novembre 2010

Le goût citronné des concombres trempés dans du yaourt… à propos des exilés d’Emmanuel Razavi (Mon petit éditeur, 2010)

Je me souviens. J’étais en seconde. Je m’en souviens en lisant les premières pages du livre d’Emmanuel Razavi : les exilés, une chronique iranienne (Mon petit éditeur, 2010). Je me souviens. On a vu arriver ce garçon brun qui ressemblait tant à Omar Sharif. On était ? En 79 ou en 80 ? En 1979. Je ne sais plus exactement. Ne comprenais pas bien ce qu’il se passait, comment cela fonctionnait le monde. Je me souviens de ce garçon. Un iranien, donc. Il n’est pas resté longtemps parmi nous. Il est devenu très vite le premier en mathématiques, notre matière phare, dans cette seconde qui n’était pas encore génèrale. Il était réservé. Il ne ressemblait pas à quelqu’un qui vient de prendre la fuite pour sauver sa peau. Je me souviens de lui. Pas de son prénom. C’était mon premier contact avec l’Iran et avec un événement phare de l’histoire du monde : la révolution iranienne.

Les exilés d’ Emmanuel Razavi raconte l’histoire de sa famille, celle de son grand-père Youssef, aristocrate de la lignée des Qâdjar – ceux qui marchent rapidement (en turc) – famille prise dans la tourmente d’une des révolutions les plus rétrogrades de la planète. Séduit par les sirènes occidentales du développement économique, Youssef n’aura qu’une envie : que deux de ses fils, Parviz et Houchang partent étudier en France, la patrie de l’humanisme. Afin de  s’ouvrir au  progrès, symbolisé encore à cette époque par l’Occident ; pour ensuite, en faire bénéficier leur pays. En un peu plus d’une centaine de pages, l’auteur, grand reporter, et fils de Parviz, conte allégrement l’aventure de ces deux enfants arrachés à leur famille au temps de l’enfance (dix et onze ans).  Prenant l’avion seuls et se retrouvant seuls dans une école religieuse de Montpellier et ne parlant encore que le farçi ! Exilés avec un dépaysement total garanti. On suit leur évolution jusqu’à l’âge de la maturité. Histoire entrecoupée par l’évocation de ceux restés en Iran. L’auteur alterne sans concessions la vie facile de Youssef, dignitaire d’un régime policé  avec celle d’une famille pauvre et communiste jusqu’au croisement fatal : la montée du pouvoir religieux. Les enfants devenus des adultes réaliseront le rêve du grand-père mais sans doute, en laissant un peu de leurs rêves : « L’avenir de l’élite iranienne se joue en France… Si vos enfants vont un jour étudier en France, ils en feront peut-être partie et pourront être reçus comme des rois dans le monde entier. » Dans ce livre sensible, jamais partisan, reste  à leurs descendants, une nostalgie : celle du goût citronné des concombres trempés dans du yaourt…

Je remercie Mon petit éditeur pour l’envoi gracieux de ce livre. Il a été commenté dans le cadre des partenariats avec les éditeurs proposés par le blog : Blog-o-book. « Chaque dimanche à 15h Bob publie des appels à lecteurs, en partenariat avec des éditeurs. Des partenariat spéciaux ont parfois lieu en semaine. Toute personne ayant un blog consacré à la lecture et régulièrement tenu à jour peut participer.  La seule condition est de publier un billet sur votre blog dans le mois qui suit la réception du livre. Vous êtes totalement libre d’exprimer votre ressenti par rapport à votre lecture, votre billet pourra être positif ou négatif, vous restez indépendant. »

Silence