Archives mensuelles : février 2009

Ne lisez pas ce livre !

Ne lisez pas ce livre !

Lequel ?

Petites leçons sur le grec ancien de Jacqueline de Romilly et Monique Trédé, paru aux éditions Stock en 2008.

EXE Petites leçons de grecs

Ne lisez pas ce livre !

Drôle d’injonction pour un billet qui voudrait d’abord faire une critique dithyrambique sur son écriture : parfaite, limpide.  Patientez un peu, et je vous dirai, pourquoi il ne faut pas lire ce livre. Continuons !

Ce qui fait de cette lecture, une joie ? C’est la jubilation de son auteur, professeur mondialement reconnu de grec ancien, membre de l’Académie française, pour nous communiquer sa passion, la passion de sa vie,  sur cette langue dite ancienne.

 » On ne célèbrera jamais assez les mérites de la culture de la Grèce ancienne et l’influence que cette culture a exercée sur la nôtre « . Et puis,  » La langue grecque présente en effet cette particularité de n’avoir jamais cessé, depuis la plus haute antiquité, de se répandre à travers le monde entier, sans être jamais imposée par une autorité politique quelconque.« 

Il peut paraître incongru aujourd’hui d’apprendre une langue que l’on qualifie avec un peu de mépris de morte. Au contraire, Jacqueline de Romilly et sa collègue Monique Trédé nous montrent la persistance de cette langue malgré la disparition de la civilisation grecque ou encore l’omniprésence des mots grecs dans notre langage de tous les jours (le bio mis à toutes les sauces, si l’on peut dire ainsi), enfin, l’influence de la pensée grecque qui diffuse depuis plusieurs millénaires ses effluves sans que nous nous en rendions toujours compte dans les modes de pensée et de fonctionnement de nos démocraties.

Les deux premiers chapitres restituent tous ces apports et lancent aussi un appel :  » depuis un demi-siècle, dans bien des pays, une crise touche les études classiques. Elle est grave, et dangereuse. Nous sommes nombreux à nous élever contre cette crise qi ne relève, en rélaité, que de l’organisation de l’enseignement ; car, dans l’opinion, le grec a les faveurs de la plupart. Il faut donc lutter, et lutter fermement ! Si nous semblons entrer dans un nouveau Moyen Age, si les spécialistes de langues anciennes, de plus en plus rares aujourd’hui dans nos Universités, évoquent irrésistiblement les copistes du XIIIème siècle ardents à maintenir la flamme derrière les grilles des monastères,  nous pouvons au moins espérer que, tout allant plus vite que par le passé, la crise sera brève et bientôt révolue.« 

Le grec ancien en a vu d’autres !  » On ne peut que rester confondu devant la force de diffusion qu’a montrée cette langue à travers tant de crises et de renaissances.« 

Enfin, tous les chapitres suivants sont là pour nous démontrer subtilement comment cette langue allie précision et beauté. Les deux auteurs ne sont pas là pour asséner un quelconque baratin de chaland ! Vous sortez de la lecture avec une seule envie : apprendre le grec ancien.

Au début de cette chronique, je vous disais : ne lisez pas ce livre ! Vous savez pourquoi maintenant. C’est à vos risques et périls… Si toutefois, vous persistez dans l’idée d’apprendre un peu de grec, rendez-vous ici.

Silence

.

massecritique.jpg

Cette critique est publiée dans le cadre de l’opération Masse critique du site Babelio qui permet de partager vos lectures avec d’autres lecteurs.

 

 

 

 

Une histoire passionnante… du Proche-Orient ancien…

«  Les débuts de l’histoire : Le Proche-Orient, de l’invention de l’écriture à la naissance du monothéisme  » est un livre qui retrace l’histoire du Proche-Orient ancien.
.
debuts-de-lhistoire

Il couvre une période de trois mille ans (de la fin du IVème millénaire, jusqu’à la conquête du Proche-Orient par Alexandre le Grand à partir de 333 avant J.C.).
.
C’est en effet dans ce cadre chronologique que les premiers signes d’écriture (l’écriture cunéiforme) ont été utilisés par les hommes. Inscrits sur des tablettes d’argile, les textes se sont remarquablement conservés. Aujourd’hui, on exhume encore de nouvelles tablettes et on les utilise à mieux comprendre cette histoire plusieurs fois millénaire.
.
Cette histoire, que le livre traite en quatre parties, est le fait de quarante spécialistes, appartenant à trois laboratoires de recherche du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique).
.
C’est un ouvrage précis, pointilleux, savant.
.
Un ouvrage précieux (il parle de l’écriture, et explique comment son utilisation a modelé les civilisations), mais qui s’adresse à un lecteur averti, qui a déjà une connaissance certaine de l’histoire du Proche-Orient ancien.
Le lecteur moins aguerri se perdra parfois.
.
Mais il ne manquera pas de picorer ici et là de quoi s’instruire, et surtout, de quoi se passionner pour l’histoire et les civilisations du Proche-Orient antique qui, pendant longtemps, n’ont guère été connues que par la Bible et par les auteurs grecs. »
.
Réjane
—-
Les débuts de l’histoire : le Proche-Orient, de l’invention de l’écriture à la naissance du monothéisme/ édition sous la direction de Pierre Bordreuil, Françoise Briquel-Chatonnet et Cécile Michel. -Paris : La Martinière, 2008.

.

massecritique.jpg

Cette critique est publiée dans le cadre de l’opération Masse critique du site Babelio qui permet de partager vos lectures avec d’autres lecteurs.

« En rires », un livre de poèmes : des nuances dans la nuance sur la palette de l’humour…

 

a5xa7lif

Nous avions quitté Christian Poslaniec avec des désirs de pivoines. C’était, souvenez-vous en, à la fin du mois d’octobre.

Pressée de découvrir le recueil de poèmes « Comme une pivoine » (Ed. du Jasmin, 2008) qu’il avait évoqué dans l’interview qu’il me donnait, j’en avais oublié l’essentiel : lui demander quel travail occupait son quotidien.

J’ai néanmoins appris quelque temps plus tard qu’il créait un ouvrage sur le rire, exactement, une anthologie de poésie sur le rire.

Puis, que figurait dans cette anthologie un poème de Norge, La Faune, au premier vers prometteur :

.

 » Et toi, que manges-tu grouillant ?  » (La Faune, in Famines, 1950)

 Enfin, que Louise Michel, Jean Tardieu, et tant d’autres, avaient été conviés à la fête. J’avais remarqué que Christian Poslaniec convoquait souvent la couleur dans ses travaux, et que le rouge semblait avoir sa faveur.

La découverte d’ « En rires » m’a montré qu’il y avait bien un grand quelque chose entre le poète et les couleurs.

.« La terre est bleue comme une orange »

.« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,… »

Le souvenir du premier vers de « La terre est bleue », de Paul Eluard, et celui du début de « Voyelles » d’Arthur Rimbaud nous le rappellent : l’histoire d’amour qui unit les poètes aux couleurs ne date pas d’hier.

Mais ce qu’a fait Christian Poslaniec pour composer « En rires » est unique, puisqu’il a bâti un livre dont les chapitres même sont des couleurs.

Le rire de l’amour est-il bleu, rouge, noir, orange ou blanc ?

Le rire jaune, on connaissait, mais le rire rose, voilà qui est nouveau, et bien mystérieux.

Les textes, choisis avec soin dans la nuance de leur teinte, frappent fort, et piquent, autant de fois que de couleurs. Quand ils ne caressent pas, cela va de soi.

« Le rire est le grelot du sexe » (Malcolm de Chazal)

Alors ? De quelle couleur, cette petite pique ?

Pour le savoir, rendez-vous « En rires » !

.
cp-en-rires

« En rires, poèmes d’humour pour en voir de toutes les couleurs »

Anthologie établie par Christian Poslaniec, Seghers 2009.

Parution le 2 Mars 2009, en ouverture de bal du Printemps des poètes (du 2 au 15 Mars 2009 : 11ème Printemps des poètes, thème retenu : le rire en poésie…)

 

Réjane

pdp_affiche_jaune_hd1

.
A découvrir :

Vous avez dit « Anthologies » ?
Rencontre avec Christian Poslaniec

Interview de l’écrivain chez lui (publiée le 17 Juin 2009)
Diaporamas : le jardin ; interview au bord de l’étang ; lecture en duo avec Bruno Doucey, son éditeur ; le bureau de l’écrivain ; l’armoire magique + un extraît sonore au chant des oiseaux

 
 
 

« Faire des choses avec ses mains… C’est aussi un peu une lutte contre la surconsommation sans coeur et sans don de soi » : rencontre avec Marie Morel, peintre

Je suis allée ce dernier mardi de Janvier retrouver la peintre Marie Morel chez elle. C’était à la tombée de la nuit. Entre le moment où Marie travaille dans le local où elle peint, et celui où elle s’active dans deux pièces du rez-de-chaussée de sa maison où elle a ses livres, ses objets, ses matières à créer, et où elle a l’ordinateur sur lequel elle passe du temps le soir à faire ses catalogues.

photo-1-marie-morel

La route du Petit Abergement, le village où vit et travaille Marie

Je suis très fière d’avoir pu passer deux heures avec elle.

De l’avoir suivie dans le dédale de ses ateliers.

D’avoir vu, posée sur sa table, une enveloppe de sa composition qui allait partir pour la Corse ravir les yeux d’un grand ami à elle.

D’avoir été là au moment où un ami écrivain l’appelait au téléphone.

Très fière, oui.

Car Marie Morel est peintre, et que ses tableaux me subjuguent.

J’étais allée au mois de mai 2008 au musée Faure d’Aix les Bains voir ses tableaux et j’avais fait part de mes impressions sur ce blog. Je n’avais, depuis, cessé de me questionner sur l’artiste. Je m’étais construit des explications sur sa démarche. J’avais supposé des tas de choses.

Il était vraiment temps que je rencontre Marie, et que ce soit elle qui parle d’elle, car mes suppositions, mes pistes de réflexion, étaient parfois loin de la vérité…

R : Ta peinture, que j’aime admirer, que nous aimons tous admirer, me semble être directement accessible par tous, et au premier regard.

Est-ce que créer un tableau pour toi, c’est inventer un chemin pour la pensée et l’imaginaire que tout le monde peut prendre ?

M M : Non. Je ne me soucie absolument pas des autres en travaillant. Je cherche en moi-même. C’est très égoïste.

R : Mon impression est que quand on regarde tes tableaux, tout le monde peut y accéder, mais est-ce que tu as remarqué ça ?

M M : Oui, bien sûr. Après les gens prennent ce qu’ils veulent dans mon travail, mais c’est deux choses. Le travail dans l’atelier c’est très personnel et ça ne concerne personne. Après, le travail exposé concerne tout le monde, et il ne me concerne plus à la limite. Une fois que c’est exposé pour moi c’est fini.

R : Tes tableaux sont très structurés, et il y a des règles incontournables auxquelles tu ne déroges pas :

– tu remplis tout l’espace de la toile ;

 

– tes couleurs sont liées entre elles : une teinte se transforme en une autre dans la continuité et jamais dans la rupture ;

 

– il y a toujours des répétitions de motifs, des assemblages, qui se répartissent régulièrement sur la toile.

 

Cette douceur de forme semble être là pour rassurer l’âme. Est-ce que créer un tableau pour toi, c’est offrir un écrin rassurant à l’âme ?

M M : Non, pas du tout. Non, chacun prend ce qu’il veut du tableau fini. J’ai remarqué d’ailleurs que quand quelqu’un me fait une analyse d’un tableau, et que je passe à une personne suivante, elle me fait l’analyse opposée. Donc, c’est très subjectif. C’est très personnel à chacun, comment on regarde une peinture.

Par contre, sur le fait que je remplis tout l’espace :

Il n’y a pas beaucoup de peintres qui ne remplissent pas tout l’espace, parce que quand on a un format donné, on le peint. Je connais très peu de peintres qui ne remplissent pas tout l’espace : ce serait un non-sens par rapport à ce qu’on voit. Ca me paraît très étrange.

Quand on va dans un musée, les tableaux, même depuis l’époque du moyen-âge, sont peints entièrement. Quand on voit des tableaux de Jérôme Bosch, il n’y a pas un morceau de la toile qui n’est pas peint. Et à toutes les époques. Quand on voit Fragonard, Goya, puis plus près Bonnard, Monet, tout ça c’est tout peint.

R : Tes tableaux se regardent de loin, de près, mais aussi de très près.

De loin, le visiteur contemple un tableau qui présente l’unité d’une œuvre monochrome.

De près, il prend connaissance du tableau en en observant l’unité de motifs.

De très près, il découvre que le tableau est fait d’une multitude de peintures, parfois serrées dans des cadres, toutes qui se ressemblent, et pourtant toutes différentes.

Le visiteur alors se retourne. Il embrasse du regard la galerie où sont peints les tableaux, et là, que voit-il ?

Il voit plusieurs tableaux qui sont tous différents et qui pourtant se ressemblent.

Est-ce qu’on peut dire que dans chaque tableau de Marie Morel, il y a, mise en scène, la profonde unité de son œuvre ?

M M : En fait, je ne fais que peindre ce que je vois, et dans la vie, c’est comme ça. Quand on est loin, on voit un ensemble. Par exemple, on se met loin d’une forêt, on voit quelque chose de vert qui est très étrange et qui vibre. A mi-chemin, on se dit que c’est peut-être des arbres. Et de très près, on voit tous les détails : les feuilles, les petites bêtes. Je ne fais vraiment que peindre ce que je vois, comme un peintre très classique.

R : Et le fait qu’il y ait ces assemblages ?

M M : Il suffit de regarder la vie c’est comme ça. Je n’ai pas l’impression de tricher dans ce que je vois. C’est vraiment ça. Par contre, quand je peins un être, il se dédouble, parce qu’un être est multiple, et j’ai besoin de le cerner de partout. C’est peut-être pour ça que je le répète, pour essayer de le cerner vraiment.

R : Nous n’avons pas parlé de la dimension de tes tableaux. Ils sont de taille importante, mais peuvent aussi être assez petits. J’imagine qu’avant même d’entreprendre la mise en œuvre de ta création, tu sais déjà quel format choisir pour ton tableau ?

A quoi tient ton choix du format ?

M M : Alors, je déteste faire des petits formats. Mais vraiment, ça me fait mal au cœur, et je ne le fais uniquement que pour vivre, parce que je suis peintre et je n’ai pas d’autres moyens de gagner ma vie. C’est une souffrance, mais je le fais.

R : Est-ce que c’est quand même en rapport au sujet ?

M M : Non, non. Après, j’essaie de faire au mieux quand je fais des petits formats, mais ça ne me concerne pas. C’est uniquement alimentaire, et plus c’est grand, plus ça me plaît. Mon désir chaque fois c’est de faire une grande œuvre.

R : Et ça, ça a évolué au fil du temps ?

M M : Non, c’est depuis toujours. Oui, j’ai toujours aimé les grands formats, et je suis malheureuse dans les petits formats. Mais les galeries n’arrivent pas à tourner avec les grands formats, les peintres non plus, donc, c’est la seule façon de pouvoir continuer de peindre. Et merci à tous ces gens qui m’en achètent. Les gens sont très heureux, ça amène aussi du bonheur aux gens, parce qu’il y a beaucoup de gens qui ne pourraient pas s’acheter un grand tableau, et ils sont vraiment contents d’avoir un petit tableau, donc, c’est peut-être un réconfort.

R : L’écrivain Christian Poslaniec, qui a donné en Octobre dernier le premier entretien de ce blog, dit qu’il écrit pour laisser des traces de ce que la vie a de sidérant.

Tu peins la joie

l’amour, le plaisir, l’injustice,

la tristesse

Tu peins la nature

les arbres

Tu peins la femme les oiseaux

Tu peins la liberté, le bonheur

Tu peins la nuit

Tu peins le malheur

Tu peins le temps

Tu peins la solitude

Est-ce que tu peins car la vie te sidère ?

M M : La vie me sidère, ça c’est sûr.

Mais est-ce que je peins pour ça ? Sûrement pas, je peins car c’est impossible de faire autrement, c’est comme ça. C’est depuis le début de ma vie que je suis amenée à peindre. J’ai commencé toute petite, à deux ans, peut-être à un an et demi, je ne sais pas. Toute petite, et je n’ai jamais arrêté. C’est une force qui est en moi qui n’est même pas analysable. C’est tellement gigantesque que c’est même complexe à gérer parce que c’est vrai que ça m’oblige à beaucoup de choix. Ça m’oblige à des choix de travail, à une concentration, à beaucoup de choses.

Mais la vie me sidère malgré ça. C’est sidérant cette vie, éblouissant. Et c’est aussi tragique, c’est mélangé, c’est vraiment étonnant.

Mais peindre, non, ça ne s’explique pas. Je pense qu’il y a des gens qui naissent avec des envies plus fortes que tout. Une évidence. Qu’ils sont faits pour ça. Mais moi, ça s’est imposé totalement et à neuf ans, je disais sans faille : je serai peintre et puis c’est tout. Et puis petit à petit, j’ai compris que ça pouvait être aussi un métier,  parce que j’en vis,  mais au départ c’était une évidence :  je serai peintre.

C’est d’ailleurs pratique pour les parents car ils n’ont pas à s’inquiéter, l’enfant est sûr de lui.

C’est vrai que je n’ai jamais eu de doute. C’est aussi un avantage. Il y a des peintres qui doutent, qui hésitent, qui sont parfois mal. Je n’ai jamais eu aucun doute.

R : Jamais ?

M M : Jamais, jamais. C’est comme si j’avançais sur un chemin totalement sûre de moi.

R : Sans souffrance ?

M M : Non. Ce qui est douloureux, c’est le manque de temps. C’est vrai que j’ai des peintures qui sont très longues à faire. Quand je vois des amis peintres qui arrivent à faire une grande toile en une journée, ça me sidère. Moi, c’est deux mois de travail.

R : Deux mois ?

M M : Oui, parfois. C’est vrai que c’est long, quand on passe des heures et des heures sur la même peinture. Donc ce qui est douloureux est toujours un manque de temps. Il faut faire des choix et il y a des tableaux qui ne se font pas par manque de temps.

R : On ne peut pas parler de toi sans faire venir le mot Rencontre.

Tu t’es toujours intéressée aux autres. Tu leur as toujours écrit.

Enfant, tu prenais ta plus belle plume pour écrire aux peintres que tu admirais.

Je crois que tu l’as fait ça, souvent non ?

M M : Oui, aux peintres et aux écrivains surtout. Parce que j’étais dans un milieu, à cause de mes parents, très littéraire. Donc, il y avait beaucoup d’écrivains qui gravitaient autour de nous. Je leur écrivais quand j’aimais bien leurs livres pour leur dire que ça me plaisait. J’ai pratiquement toujours eu des réponses parce que quand un enfant écrit à un adulte, l’adulte est touché. Je me souviens que le premier, j’aimais beaucoup ses livres, c’était Gilbert Cesbron.

J’ai eu des parents qui m’ont toujours poussée à agir. J’ai eu beaucoup de chance car je suis née dans une famille…bien.

R : Ta maman architecte…

M M : Elle est peintre au départ et elle a fait beaucoup d’architecture par la suite. Et mon père était éditeur et écrivain. Ils ont eu la sagesse de s’émerveiller et d’aimer leurs enfants, et de les pousser à faire. Chaque fois qu’on faisait quelque chose, ils étaient très heureux et un enfant, il n’y a que comme ça qu’il avance.

Ils admiraient systématiquement, sans jamais critiquer la moindre création. Alors, c’est la confiance absolue pour un enfant.

R : Comme ta maman était peintre, elle aurait pu être un peu directive…

M M : Non, non. Au contraire. Quand des gens nous gardaient, elle les mettait en condition. Elle leur disait : vous ne leur dites rien, ils font ce qu’ils veulent. Vous leur donnez le matériel et c’est tout.

Mais très étrangement, elle m’a aussi donné des cours d’eau forte et de fusain à six, sept ans. C’est un âge où en principe, on n’apprend pas ça. Elle m’a appris la valeur des ombres, des choses inattendues.

R : Depuis plusieurs années, tu édites l’extraordinaire petite revue Regard qui vient de publier son cent deuxième numéro. La peinture, tu dis l’avoir apprise par les rencontres que tu as faites. Pourtant, tu dis te sentir parfois étrangère dans une assemblée, et le plus clair de ton temps de travail s’effectue dans la solitude.

Comment parviens-tu à équilibre ton besoin de solitude et ton bonheur de l’autre ?

M M : La peinture, je ne l’ai pas du tout apprise par les rencontres. La peinture, c’est uniquement en moi-même et par ma perception des choses que ça s’est installé. Par contre, les rencontres sont extrêmement importantes pour des tas d’autres choses. Mais la peinture, c’est vraiment quelque chose de solitaire. Ça ne s’apprend pas à la limite. Je n’ai pas l’impression d’avoir appris à peindre. J’ai l’impression d’avoir puisé en moi dés le départ quelque chose et d’avoir laissé la possibilité d’exprimer mes émotions. Je dis. Je sors de moi ce trouble de l’émotion, cette réflexion. Mais je n’ai jamais appris. Je donne. J’enlève un peu de ce que j’ai en moi que je mets dans ma peinture.

R : Et cette idée du rapport entre ton besoin de solitude et ton bonheur de l’autre, il n’y a pas de souci, ça s’équilibre naturellement ?

M M : Non, parce qu’il y a des moments plus durs que d’autres où je dois, en faisant un peu de la peine aux autres, leur demander d’être seule. Je n’aime pas faire de la peine alors ça m’ennuie toujours un peu quand quelqu’un m’invite à manger, de dire : c’est pas possible, je travaille.

Ce besoin de solitude oblige à des choix, ou à des privations. C’est vrai que je vais très très peu au cinéma, que je ne vais pas à des soirées (sauf exception car il en faut quand même), mais je m’impose un rythme de travail vraiment rigoureux.

Mais c’est comme un athlète. C’est exactement la même chose. Il n’arrivera pas à gravir ce qu’il veut gravir s’il n’a pas son entrainement ou s’il n’a pas travaillé. Je crois qu’on ne peut pas peindre profondément en le faisant comme ça, une fois de temps en temps. C’est vraiment une vie consacrée à ça.

Mais bon, je m’autorise quand même des plaisirs.

R : Tu n’es pas quelqu’un d’isolé ?

M M : Non, non, pas du tout. Je suis aussi quelqu’un qui fait énormément de choses en peu de temps.

R : Tu es efficace ?

M M : Oui.

R : Pour les choses matérielles tu veux dire ?

M M : Pour tout. J’essaie de tout équilibrer pour ne pas perdre de temps, et que ce soit bien aussi, pour laisser beaucoup de place à la peinture.

R : Il doit te falloir beaucoup d’énergie ?

M M : Oui, ça j’en ai. Je n’ai jamais eu de problème de baisse d’énergie. Il y a une puissance en moi qui sidère un peu mes proches.

R : Tu fais plein de choses. Tu peins des tableaux. Tu édites la revue Regard. Tu publies des livres avec tes amis écrivains. Il y a sûrement encore beaucoup de choses ?

M M : Il y a surtout la musique.

R : La musique aussi. Donc tu joues tous les jours ?

M M : Je joue environ une à deux heures de piano par jour, ce qui est important quand même pour quelqu’un qui ne fait ça que pour son plaisir. Ça, c’est nécessaire. C’est un peu comme les enfants à l’école qui ont besoin de la récréation. Le travail est sans arrêt coupé par des moments au piano, plusieurs fois dans la journée. Ca varie entre quatre ou cinq fois par jour.

R : Tu joues des pièces que tu connais déjà ou tu en travailles régulièrement de nouvelles ?

M M : J’apprends constamment de nouveaux morceaux. Il y en a tellement. J’ai mes préférés que je rejoue sans fin aussi. Et le préféré de tous c’est Jean Sébastien Bach. Il passe avant tout le monde.

R : Il y a une pièce de Bach que tu préfères ou c’est Bach en général ?

M M : Tout ce qui me tombe sous la main m’intéresse. J’adore les Préludes et Fugues,j’adore les Suites. Il y en a tellement. Il a tellement écrit.

R : Est-ce qu’on pourrait faire un parallèle entre composer une musique et composer un tableau ?

M M : Je ne sais pas. Moi, je ne suis pas compositeur, alors je ne sais pas du tout. Je pense que Bach atteint parfois le sacré, le sublime, une émotion qui dépasse le travail des notes sur le papier. Le peintre y arrive parfois.

Je trouve que la composition musicale serait plus proche de l’écriture parce qu’il y a des règles de composition qu’on n’a pas en peinture. On est plus libre en peinture. On fait pratiquement ce qu’on veut. Alors que dans l’écriture, on ne peut pas mettre les mots n’importe comment. Si on veut faire un travail logique, on ne peut pas faire n’importe quoi en écriture. Et en musique non plus. Donc, ce serait peut-être plus proche. En peinture, on a une liberté vraiment très très grande.

R : Ma question se terminait de la façon suivante, mais tu y as déjà répondu.

Tu travailles sans cesse ? Je pense que c’est oui ?

M M : Oui.

R : Je crois savoir que ta situation économique n’est pas parfaitement idéale, ou bonne. Qu’il te faut te questionner sur comment gagner de l’argent? On en a parlé en évoquant tes petits formats tout à l’heure. J’aimerais qu’on puisse parler de ça car je trouve choquant qu’une artiste qui donne tout son temps pour offrir à ses semblables des œuvres qui les touchent, qui leur parlent, qui les transforment, puisse se trouver dans le besoin. C’est le cas ?

M M : C’est une situation qui est totalement instable. Donc il peut y avoir un mois où ça va, et les trois mois suivants, c’est la catastrophe. Oui, c’est vrai que ce n’est pas facile, mais je préfère ma liberté et peindre que de faire un métier que je n’aimerais pas faire.

R : Mais tu y arrives toujours ?

M M : Quand je n’y arrive pas j’ai des amis qui m’aident. Il y a des gens qui pensent que mon activité de peintre est importante, et ils m’aident.

R : Tu n’es jamais dans l’inquiétude totale ?

M M : Si, il y a des moments où c’est vraiment dur. Mais à la limite du précipice, il y a toujours quelqu’un qui vient me tirer par la main. C’est très étonnant ça.

Je crois que ce qui me rend un peu triste, mais peut-être un jour ça changera, c’est de ne pas avoir un grand atelier chez moi. On me prête un atelier, qui est très grand, et c’est merveilleux, mais j’adorerais avoir un grand atelier à moi.

Dans cette maison où on est, c’est des petites pièces. C’est une maison de location donc j’envahis l’espace comme je peux. Je pense que c’est quelque chose qui me manque. Mais qui n’est pas grave puisque je travaille quand même.

R : Serais-tu d’accord pour parler de ton tableau sur la Shoah ?

M M : Oui.

R : L’an dernier, tu avais entrepris cette œuvre. Il me semble avoir entendu une interview où tu disais : je vais commencer un tableau sur la Shoah. Et il y a quelques années, ça je l’ai lu sur une revue, tu disais que tu ne parvenais pas à aborder tous les sujets, et que notamment, le sujet de la Shoah, à cette époque en tous cas, te semblait être un sujet trop grave pour que tu l’abordes dans ta peinture.

Comment, finalement, as-tu franchi le pas ? Est-ce que tu as continué à travailler sur ce tableau ? Qu’est-il advenu de ce projet ?

M M : Ce sujet me travaille depuis vingt ans au moins. Un jour, j’ai fait un tableau qui s’appelle Le livre raté, qui est un tableau sur un sujet personnel. Ce tableau m’a fait comprendre visuellement le corps en détresse. C’est très étrange. Et du coup, j’ai senti comment j’allais construire ce tableau sur la Shoah. C’est allé très vite. J’ai ensuite acheté énormément de livres, et j’ai essayé de peindre au mieux entre ce que je sens et ce que c’était. Ce tableau a duré assez longtemps, six mois, et m’a rendu malade de chagrin. Ça a été un des tableaux les plus durs à faire, et puis voilà, j’ai réussi à le faire.

R : Il a déjà été exposé ?

M M : Oui, il a été présenté à une exposition dans l’église Saint Louis à Bar Le Duc.

Et ça m’a causé un problème d’ailleurs, parce que je me suis aperçue que quand j’amène cette œuvre (qui fait six mètres de long), je ne peux pas me permettre d’amener des tableaux par exemple érotiques dans la même exposition. Il y a une sorte de respect dans l’espace exposition. Il n’ a été montré pour l’instant qu’une fois. J’ai construit cette exposition en le mettant en position centrale et en l’accompagnant de tableaux uniquement sur des pensées et des arbres.

R : Tu as adapté toute l’exposition à ce tableau ?

M M : Oui, et je sens qu’on ne peut pas faire autrement.

R : Ce qui veut dire qu’il ne sera peut-être pas souvent exposé ?

M M : Non, d’autant que j’ai eu un problème technique. C’est à dire que les planches ont gondolé. Donc je les ai mises sur une planche très très dure et du coup, il est très lourd.

R : Est-ce qu’une œuvre comme ça ne pourrait pas être acquise par des associations qui ont vocation de mémoire, comme la maison d’Izieu ?

M M : On m’a proposé de le mettre à Paris mais je ne suis pas d’accord, car ce serait enfermer ce tableau dans un lieu où il y a déjà tout pour réfléchir.

Donc je trouve que ce serait plus intéressant qu’il arrive comme ça dans un centre d’art, ou dans une église ou dans un lieu culturel où les gens ne s’y attendent pas. Je pense que c’est plus intéressant pour ce tableau qu’il voyage ailleurs.

R : Donc cette peinture a bien été réalisée, mais elle t’a rendue malade de tristesse.

M M : Oui, ma galeriste m’a dit Marie, il faut vous arrêter, vous êtes en train de vous rendre trop malheureuse. Mais c’était impossible d’arrêter. Étrangement, les photos m’ont encore plus bouleversée que les textes des gens qui ont vécu ça ou qui étaient présents. Quand on observe des photos, c’est un choc encore plus gigantesque. C’était une de mes peintures la plus dure à faire.

R : Tu adresses toujours aux personnes qui sont abonnées à la revue Regard des petits mots qui sont des appels à contempler la nature, à avoir des projets, à être heureux, à aimer, à rencontrer, mais aussi à créer. Dans ces petits mots qui accompagnent la revue, tu nous dis que tu considères créatifs les gestes simples de partage. Est-ce que créer, c’est partager ?

M M : Ça dépend. Oui et non.

R : Tu es une des premières artistes que j’ai entendu dire que broder quelque chose, faire un gâteau, toutes ces petites choses de la vie, c’est déjà de la création.

M M : Oui, bien sûr. Tout ça, on partage. Mais par contre dans mon propre travail de peintre, quand je travaille, je ne partage pas, pas du tout. Sauf si je fais un tableau pour un ami pour son anniversaire, ou alors si je fais un courrier car j’écris beaucoup de lettres, mais ça, c’est autre chose. C’est une création qui est pour les autres. Mais dans les peintures, les tableaux, il n’y a pas de partage.

Mais j’aime la création, j’aime la vie. J’aime la vie partout. Je suis une boulimique de la création. C’est pour ça que j’ai énormément d’amis peintres et créateurs. Et puis, j’aime que les gens autour de moi osent créer et soient heureux de tous ces actes.

R : Oui, j’avais vu une fois, tu avais envoyé un petit mot qui accompagnait la revue Regard consacrée à quelqu’un, Jacques Lefebvre, qui confectionne des gâteaux. Et tu disais qu’il n’y avait pas de frontière entre créer des gâteaux et être artiste. Et je crois que c’était à partir de là que tu avais parlé des personnes qui brodent, de toutes ces personnes qui font des choses dans leur vie, des choses simples, des personnes qui ne se disent pas artistes, mais qui créent.

M M : Je trouve que c’est de très belles valeurs de faire des choses avec ses mains. Ses mains et son cœur. C’est rassurant par rapport à l’humanité. C’est aussi un peu une lutte contre la surconsommation sans cœur et sans don de soi. J’adore voir des gens qui font des choses. Pas seulement dans la création artistique. J’adore voir mon voisin quand il fait son jardin. J’aime que les gens fassent de vraies choses. »

.

 

Quelques photos avant de conclure…

.

.

photo-2-marie-morel

La maison de Marie est décorée d’étoiles

.

photo-3-marie-morel

.
photo-4-marie-morel
Marie travaille dans trois endroits différents. Elle peint ses grands tableaux l’après-midi dans un local qui lui est prêté, et a aménagé deux petites pièces du rez-de-chaussée de sa maison en ateliers.

.

 

photo-5-marie-morel

« Les arbres dans la forêt » (détail)

.

Marie Morel vient de terminer un tableau : « Les arbres dans la forêt », qui est un grand tableau, fabuleux, que j’ai hâte de voir exposé.

Peut-être le sera-t-il à la prochaine grande exposition des oeuvres de Marie, qui aura lieu à partir de début septembre 2009 à la Halle Saint Pierre à Paris et se terminera en février 2010 ?

« Les Fantasmes secrets de la nuit », autre grand tableau fabuleux, y sera-t-il aussi ?

En attendant le mois de septembre pour le savoir, il est possible de retrouver cette œuvre en livre, grâce aux éditions Chalut-Mots, qui ont décidé de consacrer une collection à la peinture de Marie.

Nous voici comblés !

Réjane

______

Pour info : Réjane est conteuse et propose un nouveau spectacle autour des Mille et une nuits. Toutes les informations sont disponibles sur le blog : le livre qui est magique.

Merci

Silence

——–

Addenda : sur le blog Les gris-gris de Sophie : Marie Morel à la Halle Saint-Pierre.