Archives mensuelles : septembre 2008

Là où dorment Albert et Bella C.

« Le franchissement de la frontière à l’intérieur du cimetière (accès vers la France) est soumis aux prescriptions douanières en vigueur. Les visiteurs doivent notamment être en possession de documents d’identité valables, et ne pas transporter de marchandises susceptibles de faire l’objet d’une déclaration de douane. »

C’est une inscription règlementaire à l’abord d’un cimetière. Fichtre!

Vous voulez savoir où, quand et comment, nous l’avons découverte ?

Cela tombe bien : voici retracée, en mots et en images, l’histoire de cette aventure.

Belle excursion !

 » Quand on est en vacances dans une vallée distante de Genève de quelques kilomètres, et qu’on sait qu’un grand amoureux de la langue française, l’écrivain juif Albert Cohen, repose dans le cimetière israélite de Veyrier, petite ville suisse jouxtant Genève, un jour, on se lève tôt, et on entreprend le trajet.

Avant de partir, on s’était procurés un plan de Genève, et on l’avait déplié sur la table.

On avait vu Genève, ses rues, ses routes, ses parcs, ses avenues, et un peu en contrebas à l’Est, la petite ville qu’on cherchait : Veyrier.

***

On s’était aussi renseignés sur le cimetière israélite de Veyrier, et on en avait appris deux choses :

qu’il se trouvait sur le territoire français, à Etrembières, en Haute-Savoie ;

et que durant la seconde guerre mondiale, pendant l’occupation, des juifs, cherchant à trouver refuge en Suisse, avaient réussi à fuir la France en passant la frontière par le cimetière.

***

Ça nous avait plu, car on trouvait que ça allait bien avec Albert Cohen, d’être un défunt à la fois Suisse, Juif et Français. Ça nous donnait l’impression que, tout « raide, muet et impliable » que la mort l’avait laissé, là où il reposait, il était exactement à sa place.

Alors, quand on avait vu sur le plan de Genève Veyrier, et son petit cimetière placé de l’autre côté de la frontière, en France, on avait souri.

Il pleuvait.

Mais le trajet, que nous découvrions, avait été splendide, et notre cœur battait : nous avions rendez-vous!

Une petite route discrète nous indiquait le cimetière.

Une fois garés et descendus de voiture, nous avons été saisis par la beauté du lieu.

Nous ne nous attendions à rien de tout ça, et nous sommes restés un moment sans parler, à regarder.

Le mont Salève, semblant veiller sur le cimetière comme un gros chat.

.

Le long bâtiment de l’Oratoire

L’entrée

En levant les yeux

Le cimetière

La tombe d’Albert Cohen (1895-1981), écrivain.

Son épouse Bella Cohen (1919-2002) repose à ses côtés.

La sépulture symbolique des martyres juifs

Puis, il a fallu partir, quitter le petit cimetière de Veyrier.

Les cailloux déposés sur la tombe de l’écrivain nous avaient bien intrigués,

et on s’est promis de chercher à en connaitre la signification.

Un dernier regard sur le  mont Salève nous a fait penser  à « Mangeclous ».

Aux oncles Saltiel, Michaël, Salomon, Mattathias

s’improvisant montagnards sur les hauteurs de Genève.

Avant de reprendre la voiture et de poursuivre notre excursion,

au moment de refermer doucement derrière nous la jolie porte,

on s’est dit en nous-même :

« Au revoir, cher Albert Cohen, et à bientôt dans vos écrits, vos mots, votre patrie.« 

****::::::****

Rejane N.

Avec la complicité d’une photographe : Louison N.

et une mise en forme de Silence