« Oublier son identité culturelle est une ouverture au monde » – Henri-Pierre Jeudy

« Le désir d’oublier « son » identité culturelle est une ouverture au monde« . C’est ce qu’écrit Henri-Pierre Jeudy, sociologue au CNRS au sein de son Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales dans la page rebonds de Libération vendredi 15 août 2008.

« A force de considérer que chaque communauté a un droit de reconnaissance de sa « propre » culture, l’identité culturelle devient une pancarte qui circonscrit le territoire de l’autre pour empêcher le risque de contamination des cultures. »

« Du coup, l’antropophagie culturelle est frappée d’anachronisme. Elle correspond à une époque oubliée où la curiosité pour l’autre pouvait être à l’origine du dialogue entre les cultures. »

La curiosité pour l’autre ?

Le communautarisme versus l’universalisme ?

Pour lire cet article intéressant, cliquez ici.

Silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s