Il n’y aurait plus d’utopies, plus d’histoire, plus de temps…

Il n’y aurait plus d’utopies, plus d’histoire, plus de temps. Plus rien. C’est un cycle, le cycle des fins. Il est de retour aujourd’hui. Il symbolise un retour en force des barbares, des barbares à cravates qui échangent des vies, portables à la main, en s’agitant au volant de leur voitures. Les vies, ils les appellent action, virtuel, CAC 40. On a cette impression : il ne s’agit plus de personnes humaines. On appelle cela de l’économie globalisée. C’est un dévoiement de vocabulaire, bien-sûr, il ne reste que les utopies dans la tête des hommes. Il n’y a que cela qui nous maintient en vie. On a mélangé l’utopie avec l’espoir. L’espérance est l’engrais des religions. L’utopie n’est pas un engrais mais, le bout du chemin, un horizon, elle s’éloigne dès que l’on s’approche. Toujours plus loin car tout est perfectible, en mouvement mais la perfection absolue n’existe pas. La perfection est un concept humain. L’univers dans son entier, l’ignore.

Silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s