Un livre à lire absolument : « La vie est belle » de Stephen Jay Gould

A propos de « la vie est belle : les surprises de l’évolution » de Stephen Jay Gould (Seuil, 1991), j’approfondis mon précédent billet sur cet ouvrage vital (si je peux me permettre…).

Dans les débats actuels concernant la montée en puissance de critiques surréalistes sur le darwinisme, il est important de lire ce livre. Gould y évoque la nouvelle interprétation d’un site unique découvert dans les années 1910 : les schistes de Burgess. Qui bouleverse nos conceptions de l’apparition et du développement de la vie. Jusqu’à présent, on pensait que la vie s’était diversifiée à partir de quelques espèces inférieures et que dans un second temps, étaient venues la diversité avec la complexité. Une belle courbe, en somme, qui permettait d’arriver au summum de l’évolution : NOUS, l’Homme… Gould montre que cette théorie du cône de diversité croissante ne fonctionne plus…

En effet, à partir de l’explosion de la période dite du Cambrien, survenue il y a environ 530 millions d’années, le vie a créé une multitude d’espèces que Gould nomme la disparité morphologique.

Puis, le temps aidant, une décimation de ces espèces a eu lieu. Décimation au sens de un pour dix. Ce qui change notre idée du progrès !

Dès le début, la nature avait envisagé plusieurs possibilités!

Vint l’élimination des moins adaptés.

Et régulièrement, Gould montre que notre arrivée, nous les homos sapiens, est fortuite, voire inespérée, aurait très bien pu ne pas arriver…

Cela détrône encore un peu plus notre égocentrisme et toutes nos transcendances…

a5xa7lif.jpg

Silence

Voir aussi le site de La Cité des Sciences.

Une réflexion au sujet de « Un livre à lire absolument : « La vie est belle » de Stephen Jay Gould »

  1. Bonjour, merci d’abord pour le magnifique poème de Peter Handke dans « les ailes du désir » – j’ai vu ce film à sa sortie tout à fait par hasard, et viens de le revoir pour la troisième ou quatrième fois (sur K7) : il est resté aussi fabuleux pour moi que lorsque je suis sortie du cinéma, complètement abasourdie, comme si ce film avait été tourné directement dans ma tête… !
    Et je remarque votre goût pour Stephen Jay Gould dont j’ai quasiment tous les ouvrages parus en français… Cela fait très plaisir, même si par ailleurs nos goûts diffèrent.
    Merci encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s