« Je pense aux individus qui n’ont pas parlé… » (Paul Léautaud)

« Je pense aux individus qui n’ont pas parlé, qui n’ont pas écrit, qui n’ont fait que passer, qui n’ont rien laissé d’eux, n’ayant pas trouvé, peut-être les mots dont ils avaient besoin. Un grand silence savant, peut-être ? Le mot de Valéry est peut-être vrai : plus on écrit, moins on pense. »

(Léautaud, Journal littéraire, 3 février 1899.)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s